Croix Autrement

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 23 juin 2015

Mutualisation or not mutualisation

En ouverture du conseil municipal du 17 juin, le rapport du la mutualisation au sein des commune des la Métropole Européenne de Lille a été soumis aux votes. Tous les groupes ont soutenus cette initiative qui vise à ce que la MEL orchestre la mise en commun des moyens des communes en fonction y leurs besoins et de leurs possibilités. Nous avons souligné l'intérêt de nombreuses pistes proposées dans ce rapport en particulier celles ayant trait à l'éducation, l'un des gros budget de la commune. En effet, la MEL suggère de travailler sur la mise en commun des moyens dédiés aux TAP voire à mutualiser les cuisines centrales pour la restauration. Ces sujets qui sont dans l'actualité de la commune méritent qu'on y travaille !

Plus tard dans le conseil, nous apprenons que la municipalité a décidé de retirer la ville de Croix du CLIC CLELIA (centre local d'information et de coordination gérontologique). Cette structure est fortement subventionnée par le département et a un coût minime pour la commune (8400€/an). Elle permet d'étudier le cas des personnes âgées ayant besoin d'assistance et permet de les orienter vers les structures adaptées. Dans la mesure où les projections démographiques annoncent un vieillissement de la population, les besoins en matière de gérontologie vont croître. La municipalité souhaite confier cette mission au CCAS où des personnels spécialisés exercent déjà. La majorité justifie son choix par le faible nombre de dossiers traités par la CLIC sur notre commune. Plutôt que de travailler à améliorer le service, elle a choisi de faire cavalier seul. A l'heure où la MEL encourage la mutualisation et où la commune baisse la subvention du CCAS, cette décision est plus qu'incompréhensible. Au delà du surcroît d'activité au CCAS qui aura un coût, la commune se prive d'une expertise transverse qui s'enrichit des expériences des 5 communes parties prenantes au CLIC CLELIA.

Derrière les intentions affichées en matière de mutualisation, la commune ne passe pas aux actes. Espérons que nous verrons le principe de mise en commun des moyens avancer dans d'autres domaines !

jeudi 18 juin 2015

Politique de la ville

Lors du conseil municipal du 17 juin, le volet croisien du contrat de ville (porté par la Métropole Européenne de Lille) a été adopté à l'unanimité, preuve que nous ne sommes pas dans une démarche d'opposition systématique mais dans une logique du meilleur service aux croisiens. Ce document dresse un état des lieux du quartier St Pierre (seul quartier qui reste dans la politique de la ville) et présente l'ensemble des pistes d'action envisagées pour aider les habitants de ce quartier. Ce document contient de nombreuses informations sur les populations de croix quartier par quartier. On y constate que la population de la Mackellerie est bien souvent dans une situation aussi difficile que celle de St Pierre : même taux de pauvreté de 21% (St Pierre) et 22% (Mackellerie) contre 15% sur la ville, même taux de recours à la CMU de 16,7% (St Pierre) et 18,7 (Mackellerie) contre moins de 1% sur la ville. Cependant la Mackellerie ne disposera pas de financements des actions dans le cadre de la politique de la ville. Nous avons évidemment exhorté la municipalité à rester vigilante à l'évolution de ce quartier et à agir pour améliorer sa situation. En lisant ce document, nous avons également pu nous rendre compte que la plupart des constats dressés et des solutions proposées avaient été identifiées par le travail du GIP qui a démarré en 2009. Malheureusement, le maire s'est retiré de ce dispositif en 2013 avant que les actions aient pu être mises en oeuvre. Que de temps perdu depuis 2009 pour se relancer dans des actions similaires !

La municipalité doit maintenant transformer ce programmes en actions tangibles sur le terrain et mobiliser les financements permettant de les réaliser. Nous resterons vigilants dans les années à venir et veillerons à ce que ces projets se concrétisent.

samedi 23 mai 2015

La rue en fête ?

Dès hier pendant le défilé et depuis sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui s'expriment pour critiquer la manifestation "festive" d'hier soir. En effet, suite à l'annulation du tournoi de pentecôte, la mairie a décidé de remplacer les traditionnelles festivités du vendredi soir par un événement mettant la "rue en fête". Force est de constater que ce défilé fut bien triste et fort peu fréquenté. La municipalité a pourtant largement communiqué mais n'a pas su attirer l'attention des croisiens. En quelques années, cette municipalité a réussi à faire disparaître les deux manifestations sportives les plus populaires de la ville à savoir les foulées croisiennes et le tournoi de pentecôte... bel exploit !

mardi 21 avril 2015

Oui auX sportS !

Suite à notre refus de voter la subvention à l'IRIS club pour 2015 et les projets d'investissements du boulodrome et du stade Sandras, nous sommes critiqués via la presse et les réseaux sociaux où l'on prétend que nous serions hostiles au sport et à l'IRIS en particulier. Nous tenons à rappeler (comme nous l'avons fait lors du conseil municipal), que nous ne remettons pas en cause la qualité du travail réalisé par l'IRIS ni la nécessité pour la ville d'encourager et de subventionner la pratique sportive.

Ceci dit, l'IRIS touchera en 2015 environ 375€ de subvention par adhérent quand d'autres associations sportives croisiennes qui font également un très beau travail recevront 10 fois moins !

Petit rappel historique : notre groupe a soutenu les investissements d'amélioration des terrains du stade, notre groupe a voté pour les subventions à l'IRIS en 2014, notre groupe a appuyé l'IRIS auprès de la région pour qu'elle participe au transport des équipes de jeunes... Dans le contexte du budget de la ville pour 2015, l'augmentation de la subvention alors que le tournoi de pentecôte disparaît nous semble inapproprié. Nous nous y sommes opposés et assumons cette position.

De manière plus générale, nous n'avons pas pour habitude de signer des chèques en blanc. L'équipe municipale ne nous donnant pas suffisamment d'informations sur bien des sujets, nous n'avons d'autre choix que de nous opposer (le projet du boulodrome dont on ne connait ni la taille, ni l'emplacement, ni les usages annexes est particulièrement symptomatique).

vendredi 10 avril 2015

L'étrange arithmétique de municipalité

Le conseil municipal du 9 avril a eu pour principal objet le vote du budget 2015 et donc des principales recettes et dépenses sur l'année. A cette occasion, nous avons pu constater la manière étrange voire obscure qu'à la majorité de calculer.

1/ Faire des économies en dépensant plus

L'adjoint aux finances a une fois de plus déploré la raréfaction des dotations de l'état ainsi que le poids grandissant de l'emprunt toxique qui privent la commune de marges de manoeuvre. Cependant, la municipalité maintient des projets d'investissements controversés. Ces controverses, dûes à la mauvaise préparation de ces dossiers, ont déjà été la source de revirements qui ont amené un gâchis important d'argent public : 130000€ dépensés en pure perte pour le parc de Beaumont avant la remise à plat du projet et 300000€ dépensés en études pour l'aménagement du stade Sandras qui reste au point mort.

A propos du stade Sandras, la municipalité affirme vouloir revoir à la baisse ce projet en reconnaissant que son coût initial était largement exagéré. Elle a donc découpé la projet initial (boulodrome + tennis pour environ 4,3M€) en 2 projets : un projet de boulodrome pour 1,3M€ et un projet d'aménagement du stade Sandras pour 3M€. Les mathématiques viennent donc de progresser grâce au théorème de Cauche :

 1,3 + 3 < 4,3

Espérons qu'il obtiendra la médaille Fields pour ce magnifique résultat !

Tout cela serait plutôt amusant s'il ne s'agissait de l'argent des croisiens qui verront leurs impôts locaux se maintenir à des niveaux stratosphériques ! Les taux ne changeant pas, le montant des taxes foncière et d'habitation vont augmenter du fait de la revalorisation de 0,9% des bases de ces taxes.

2/ Une subvention de l'IRIS Club en hausse

L'adjoint aux finances a bien insisté sur la nécessité de faire des économies mais le maire a promis une hausse de la subvention de l'IRIS club de Croix (football). Il essaie donc de camoufler cette hausse pour mieux la faire passer. Dans la convention d'objectifs entre la ville et le club, il est indiqué que celui-ci bénéficie d'une hausse exceptionnelle de 50000€ du fait de la montée de l'équipe première en CFA. Or dans le même texte, l'atteinte de ce niveau est associé à une subvention de 20000€. Par ailleurs, si on compare à la subvention 2014 (qui comprenait plus de 35000€ pour l'organisation du tournoi de pentecôte qui n'aura pas lieu en 2015), on constate une augmentation de 75000€ de la subvention à périmètre équivalent (donc hors tournoi).

Ce manque de lisibilité trahit la gêne de la municipalité qui a du mal a faire accepter que plus de la moitié des 244000€ de la subvention à une association qui réunit plus de 600 adhérents sera en fait consacrée à la vingtaine de joueurs qui constituent l'équipe première. Nous avons bien du mal à distinguer le sens de l'intérêt général d'une telle décision.

3/ Dépenses publiques, profits privés

Finalement, l'apogée du raisonnement étrange est arrivé en fin de conseil à propos de la crèche privée "Rigolo comme la vie". Cette entreprise occupe un local municipal contre le versement annuel d'une redevance de 16000€. Cette crèche souhaite s'agrandir pour accueillir plus d'enfants de salariés d'entreprises installées à Croix : cet objectif nous semble tout à fait louable et cette entreprise verra donc ses profits augmenter. Pour ce faire, elle doit réaliser des aménagements pour un montant de 49000€. Elle demande par conséquent une baisse de la redevance de 3200€ par an ce qui, pendant les 15 années de la convention la liant à la ville, se montera à une réduction de 48000€. La concordance des montants est trop belle pour être le fruit du hasard...

La municipalité nous a donc tout bonnement proposé de faire payer par la commune l'investissement d'une entreprise privée lui permettant de développer son chiffre d'affaires ! A cette remarque, la première adjointe nous a répondu qu'il ne s'agissait pas d'une dépense mais de diminuer une recette. Dans ce cas, diminuons aussi les recettes perçues directement des habitants comme les impôts locaux ou les tarifs du conservatoire qui eux vont augmenter !

mercredi 25 mars 2015

Départementales 2015 : second tour

Communiqué de Presse de Nadine Billy, Jérôme Dehaynin, Janine Desmulliez et Victor Dujardin
2ème Tour des Elections Départementales
29 Mars – Canton de Croix

Nous remercions l’ensemble des électeurs qui nous ont accordé leur confiance au 1er tour des élections départementales du 22 mars.

Nous considérons qu’en politique nous avons un adversaire: la droite mais surtout un ennemi: le FN, parti raciste, antisémite, homophobe.

Réunis en Assemblée Générale Extraordinaire, rappelant que leurs candidats ne sont pas propriétaires de leur voix, les militants du Parti Socialiste du canton de Croix appellent l’ensemble des électeurs démocrates et progressistes à faire barrage aux candidats anti-républicains que sont les candidats du FN au vu du danger qu’il représente pour la démocratie.

cantondecroixagauche.wordpress.com

lundi 23 mars 2015

Départementales 2015

Nous tenons tout d'abord à saluer la belle campagne des candidats socialistes et des militants qui les ont soutenus. Dans notre ville, le PS et EELV se maintiennent voire progressent légèrement par rapport aux derniers scrutins.

On notera également que, sans concurrence dans son camp politique, M. Cauche n'a pas été capable de rassembler la majorité des électeurs sur sa commune. Il fait même moins bien que l'année dernière aux municipales. Sa politique municipale dénuée d'ambition et orientée uniquement vers les économies budgétaires ne semble pas satisfaire la population croisienne.

dimanche 22 mars 2015

Le front national dans les urnes, mais pas dans les bureaux

Lors des élections départementales de ce 22 Mars 2015, le Front National n'a présenté aucun assesseur dans la quarantaine de bureaux de comporte le canton de Croix. Ce parti qui se veut "comme les autres" a bien du mal à trouver des sympathisants prêts à porter ses couleurs dans les bureaux de votes... En fin de compte, ce parti qui accuse les partis républicains de tous les maux leur fait pleinement confiance pour faire fonctionner la démocratie et lui permettre d'atteindre le score qu'il réalise en ce jour. Au delà de ses thèses plus que douteuses, les électeurs du FN doivent vraiment se demander dans quelle mesure ce parti a réellement les moyens d'assumer le pouvoir...

samedi 7 mars 2015

Elections départementales les 22 et 29 mars 2015

A la fin du mois, nous élirons le nouveau conseil départemental qui aura la tâche gérer notre département jusqu'en 2021. Dans notre nouveau canton (regroupant les communes de Croix, Hem, Lannoy, Lys-les-Lannoy et Wasquehal), nous soutenons la candidature de Nadine Billy et Jérôme Dehaynin qui représentent les forces de la gauche qui ont géré avec succès notre département durant le dernier mandat.

Retrouvez les sur leur blog de campagne.

Vivre à Croix de Mars 2015

Pour des raisons de mise en page, la taille de notre contribution au magazine de la ville "Vivre à Croix" est fortement limitée, ci dessous la version initiale de notre article :

Triste spectacle ! Lors du dernier conseil municipal, Nicolas MAQUET, élu de la majorité municipale a souhaité s'expliquer sur son abstention concernant le devenir de Beau mont lors du CM du 9 oct, et réagir sur le retrait de ses délégations qui en est la conséquence. Il a révélé que sous couvert de « concertation » avec les groupes de l'opposition municipale sur ce sujet délicat pour lequel il avait été chargé de « tout remettre à plat », le sort du parc et de la salle polyvalente étaient scellés depuis Mai. C'est ce que lui a dit le maire fin mai 2014.

Toutes les réunions auxquelles nous avons participé n'étaient donc qu'une illusion destinée à donner de la majorité en place une image d'ouverture, de pluralisme, qualités qui lui font cruellement défaut. Pire, cette majorité tente, par ce biais, de faire croire que sur des sujets cruciaux ces décisions sont le fruit de la concertation avec tous les croisiens et leurs représentants élus. Il n'en est rien.

La majorité municipale représente moins de la moitié des croisiens. Elle l'oublie un peu vite et gouverne son territoire sans se soucier de ses habitants : − malgré une forte mobilisation des croisiens les TAP sont payants même pour les ménages les plus modestes − si le projet d'un boulodrome à Sandras pour un coût exorbitant de 4,5 Millions d'euros semble abandonné, rien n'est venu le remplacer alors que le city-stade que nous appelions de nos voeux a toute sa place sur ce terrain désormais abandonné − St Pierre et la Mackellerie récemment sortis de « la politique de la ville » ne font l'objet d'aucune attention particulière alors que ces quartiers défavorisés en ont tellement besoins.

Où êtes-vous M. Le Maire ? Ah oui ! J'oubliais...en campagne pour les cantonales.

vendredi 13 février 2015

Budget 2015 : le maire ne répond plus...

En préambule du conseil municipal du 12 février, le maire a répondu à nos interrogations sur le devenir du service de fleurissement de la ville, des serres municipales et de l'espace naturel des Ogiers. En affirmant démentir les rumeurs, il a concédé que les services des la mairie étudient bien l'externalisation de cette mission et par conséquent l'avenir du site des Ogiers. Cette étude n'exclut en rien la vente du site : il n'a donc fait que confirmer les informations que nous avions sans toutefois apporter plus de précisions sur les options envisagées ni sur le calendrier de l'opération. Nous restons donc dans le brouillard le plus opaque.

L'ordre du jour du conseil était principalement dédié au Débat d'Orientation Budgétaire 2015. Après avoir longement évoqué la situation de l'emprunt "toxique" qui plombe toujours les finances de la ville et détaillé l'état de l'action en justice en cours, l'adjoint aux finances a procédé à la lecture de sa présentation de budget pour 2015. Le contenu de cette présentation s'avérera la seule information que nous aurons sur les projets de la municipalité. Et c'est bien maigre.

Aux termes de la loi, le débat d'orientation budgétaire est obligatoire et doit permettre de discuter du budget de fonctionnement courant et du programme pluriannuel d'investissement, c'est à dire de l'avenir de la commune. C'est sur ce dernier point que le débat aurait du porter mais la mnucipalité n'a présenté aucun projet concret pour les années à venir hormis le projet du parc de Beaumont maintenant bien engagé et le projet du Boulodrome du stade Sandras qui lui est en hibernation.

A longueur d'année, le maire et son adjoint aux finances mettent en avant leur "bonne gestion", l'"optimisation" des dépenses pour assurer l'"autofinancement" des investissements de la commune. Maintenant que le temps de discuter de ces investissements est venu, il n'y a plus personne au bout du fil. Lors du conseil municipal, constatant la carence dans ce domaine de la présentation de l'adjoint aux finances, nous interrogeons le maire sur ses projets : pas de réponse. Ce débat n'en était donc pas un, il s'agissait juste d'un monologue de l'adjoint aux finances sur le budget courant 2015. Quant au programme pluriannuel d'investissements :

  • soit l'équipe municipale a des projets mais ne veut pas les communiquer et dans ce cas, le débat d'orientation budgétaire était une farce ;
  • soit l'équipe municipale n'a aucune projet et dans cas, nous sommes inquiets pour le devenir de notre ville et de ses habitants.

Le maire a démontré une fois de plus son autoritarisme : derrière une façade affichant une certaine ouverture, il entend tirer les ficelles seul, sans l'opposition ni même de débat au sein de sa propre majorité comme l'a illustré la manière dont il a démis M. Maquet de ses fonctions parce qu'il s'est abstenu sur une délibération.

samedi 11 octobre 2014

Comment rester une opposition constructive ?

A l'issue de l'élection de mars dernier, nous n'avons certes pas remporté la majorité mais nous sommes tout de même présents au conseil municipal. Comme nous l'avons annoncé dès le début du mandat, nous ne souhaitons pas nous inscrire dans une opposition systématique mais être une opposition vigilante et constructive. Le maire, lors du premier conseil, nous a d'ailleurs encouragé dans cette attitude. Il semble cependant qu'être une opposition constructive soit extrêmement difficile à l'heure actuelle. Plusieurs faits, mis en évidence lors du dernier conseil municipal viennent en témoigner.

1/ Commençons par ce qui semble être une regrettable erreur : alors que l'ordre du jour comprenait plusieurs délibérations particulièrement importantes pour les finances de la ville, les 2 représentants de l'opposition à la commission des finances (Mario Califano et André Hibon) n'ont pas pu assister à cette commission faute d'invitation envoyée à leur adresse e-mail habituelle.

2/ Le conseil municipal a mis en oeuvre le CLSPD (Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance) qui comprend 6 élus du conseil municipal nommés par M. le maire. Il ne lui a pas semblé opportun de désigner ne serait-ce qu'un membre à cette instance parmi les 2 groupes d'opposition. La représentativité à ce conseil semble pour le moins compromise.

3/ Lors du conseil municipal d'installation, M. le maire a souhaité qu'une commission de "concertation" soit mise en place sur le projet de transformation du parc Pompidou à Beaumont. Après avoir nommé M. Nicolas Maquet pour présider cette commission, le maire s'est empressé de le dessaisir pour nommer à sa place la première adjointe (M. Maquet se serait-il montré trop enclin à modifier le projet initial ?). Cette commission s'est réunie à plusieurs reprises mais tout semblait fixé d'avance, très peu de modifications ont été apportées au projet initial. En particulier, les membres de la majorité ont fait la sourde oreille en ce qui concerne le maintien de la salle polyvalente qu'ils ont vouée à la démolition. Encore une fois, derrière son apparente ouverture, le maire n'a pas choisi de prendre en compte les suggestions de l'opposition.

4/ Pour être sûr de ne pas à avoir à écouter nos propositions, M. le maire à inauguré une pratique inédite au conseil municipal de Croix. Jugeant trop longue les interventions de l'opposition concernant un sujet majeur (celui du parc de Beaumont), il a ostensiblement chronométré les interventions des élus de l'opposition. Le temps de parole limité ne semble s'appliquer que dans un sens, une pratique plus que douteuse probablement inspirée par les élus de droite dure de l'ouest parisien que M. Cauche a pu rencontrer à l'occasion de la "manif pour tous" (celle qui entend priver une partie de la population de la sécurité juridique que peut apporter le mariage).

5/ Enfin, pour parachever ce conseil municipal houleux, la majorité propose de supprimer le collège des élus aux conseils de quartier. Pour être plus précis, c'est le collège des élus de l'opposition qui est supprimé car la majorité dispose d'une représentation d'office au travers du maire et de l'adjoint de quartier. Notons que la délibération faisait état d'un rôle "ambigu" des élus dans ces conseils. Nous sommes cependant invités à porter notre candidature en tant qu'habitant de nos quartiers respectifs à ces conseils (le maire choisira alors parmi les candidats habitants ceux qui siégeront effectivement). Rappelons que nous avons été légitimement élus par l'ensemble de la population de la ville et que nous avons donc vocation à être représentés dans tous les conseils de quartier.

Alors que l'opposition était bien loin de mener une "guerilla" ou une opposition systématique lors des conseils municipaux, le maire semble décider à se passer totalement de notre point de vue et à nous exclure le plus possible de la vie municipale. Nous déplorons cette attitude et lutterons toujours pour que la voix de l'opposition qui représente de nombreux croisiens soit entendue, à défaut d'être écoutée.

vendredi 19 septembre 2014

Patrimoine municipal : une bonne gestion ?

Le 18 septembre 2014, une partie d'un plafond en torchis de l'école Lucie Aubrac s'est effondrée. Heureusement, personne n'était sur les lieux au moment de l'incident. La municipalité a pris la décision d'évacuer le bâtiment en question et de réinstaller les 5 classes qui l'utilisaient dans d'autres locaux au sein de l'école Lucie Aubrac (3 classes) et à l'école Jean Zay située à quelques centaines de mètres de là (2 classes). Ceci devrait durer le temps des travaux à réaliser, c'est à dire jusqu'aux prochaines vacances d'automne.

On peut certes saluer la sage décision de la municipalité ne fermer le bâtiment concerné afin de ne pas faire courir de risques inutiles mais on est en droit de s'interroger sur la qualité de l'entretien courant du patrimoine municipal. En 2014, nous découvrons qu'une école a toujours des plafonds en torchis (méthode de construction plutôt désuète). De manière générale, nous avons constaté au travers des conseils d'écoles que les nombreuses demandes de petits travaux ou d'aménagement faites par les équipes enseignantes ne sont que trop rarement suivie d'interventions. Par exemple, des rideaux occultants pour des dortoirs de maternelle ont été attendus plus de 3 ans !

La municipalité ne semble intervenir que quand l'urgence l'y oblige ce qui peut faire courir des risques aux usagers des locaux municipaux et impacte le budget de la commune. Dans la même école Lucie Aubrac, les travaux de couverture ont été réalisés alors que des fuites étaient signalées depuis près de 10 ans. Plus récemment, le chassis d'une fenêtre s'est déscellé et s'est écroulé dans une classe (heureursement vide à ce moment). La réponse de la mairie a été de donner l'instruction de ne plus ouvrir les fenêtres (pour éviter les chocs et efforts pouvant affecter les châssis) puis a changé (plus d'un an plus tard) une fenêtre par classe (ce qui permet maintenant d'aérer correctement).

Comment peut-on en arriver là ? Les équipes municipales ont-elles les moyens de d'assurer un entretien préventif sérieux du patrimoine municipal qui, s'il représente en coût récurrent pour la ville évite des interventions lourdes à réaliser dans l'urgence (comme la toiture de la piscine ou le plafond de l'école Lucie Aubrac).

Le maire et l'adjoint aux finances ne manquent jamais de nous rappeler le rapport de 2013 de la Chambre Régionale des Compte qui souligne la "bonne gestion" financière de la ville. Il semble que le patrimoine matériel de la ville soit géré avec moins de soin...

vendredi 27 juin 2014

La pétition pour la gratuité des TAP remise au Maire

Ce vendredi 27 Juin 2014, nous avons remis au maire les près de 600 signatures de la pétition « Non à la facturation des TAP, l'école doit rester gratuite ». Nous remercions tous les signataires ainsi que les personnes qui ont fait circulé cette pétition.

La réponse du maire a été la suivante :

  • « Ce qui est gratuit n'a pas de valeur » : le maire entend démontrer la qualité de l'accueil en le facturant aux parents ;
  • Ce n'est pas une question d'argent... Le maire en a convenu, la ville peut payer ;
  • Certes, le fonds d'amorçage de l'état pourrait couvrir en bonne partie les frais de la commune pour la mise en place des TAP mais afin de responsabiliser les parents et de bien identifier ceux qui sont réellement motivés pour inscrire leurs enfants aux TAP, l'équipe municipale a décidé de facturer la prestation ;
  • Ce que nous trouvons étonnant dans ce que nous a dit le maire c'est que les parents qui ont déjà inscrit leurs enfants ne se montrent pas hostiles à cette facturation alors que nous lui apportons 600 signatures qui prouvent le contraire ;
  • La grille tarifaire pourrait éventuellement être revue ultérieurement, en particulier pour les ménages les plus modestes. Le maire a tout de même été étonné lorsque nous lui avons démontré qu'une personne seule gagnant le SMIC avec un enfant ne pouvait pas bénéficier du tarif le plus bas.

Si nous ne continuons pas notre mobilisation, il ne faut pas espérer de changement pour la rentrée. Nous invitons donc tous les croisiens mécontents à continuer à appuyer notre démarche en étant présents au conseil municipal du jeudi 3 Juillet, munis de pancartes « Non à la facturation des TAP, l'école doit rester gratuite »

Le conseil municipal aura lieu le 3 Juillet à 19h00 salle Block.

dimanche 15 juin 2014

Le tournoi de l'Iris 2015 annulé ?

Nous apprenons dans la presse que l'Iris Club suspend pour l'année 2015 l'emblématique tournoi de football U17 qui réunit depuis presque 60 ans les équipes de jeunes de 17 ans des plus grands clubs européens. Il semble que cette décision soit prise pour des raisons budgétaires afin d'alimenter le budget de l'équipe première de l'Iris qui évoluera l'année prochaine en CFA (plus haut niveau amateur, équivalent de la 4eme division). Il semble que le maire accueille avec bienveillance cette initiative.

Rappelons que dans le budget 2014 de la commune, le conseil municipal a accordé une subvention à l'IRIS en contrepartie d'un contrat d'objectif qui comprend, entre autres engagements, de « maintenir la qualité du tournoi international ». Objectif rempli pour 2014, bravo ! En 2015, la mairie et l'IRIS devront revoir ce contrat d'objectif à la baisse mais pas la subvention si l'IRIS veut gonfler le budget de l'équipe première.

En somme l'IRIS et la municipalité proposent de troquer une manifestation populaire, qui permet à des jeunes de plusieurs pays européen de se retrouver dans une ambiance festive contre le maintien dans l'élite de l'équipe première, c'est bien dommage.

dimanche 8 juin 2014

La petition contre les tap dans la presse

notre pétition et la réaction des parents dans la presse : http://www.lavoixdunord.fr/region/croix-les-parents-d-eleves-signent-contre-les-tap-ia24b58791n2193419

il est bien a préciser que les chiffres donnés y sont tout compris: (garderies + tap .. ) mais hors cantines..

samedi 24 mai 2014

Non à la facturation des TAP, l'école doit rester gratuite

De nombreux parents nous ont fait part de leur mécontentement à l'égard de ma municipalité qui a choisi de leur facturer les TAP (temps d'activité périscolaire, entre 15h45 et 16h30) dès la rentrée prochaine, malgré les financement de l'état et de la CAF. Face à la documentation ambiguë fournie aux parents concernant les tarifs, nous vous fournissons ici le détail des coûts de l'accueil périscolaire : où l'on se rend compte que les TAP seront effectivement facturés en plus de la garderie existante.

Il n'est pas trop tard pour faire reculer le maire et l'adjoint à l'éducation. Faites circuler la pétition dans les écoles de Croix. Vous pouvez la télécharger et l'imprimer : télécharger la pétition.

petition_tap.pdf

vendredi 2 mai 2014

Merci aux bénévoles !

L'épicerie solidaire dont le local se situe rue Kléber, se réunissait ce lundi 2 mai en Assemblée générale. Une partie des bénévoles, ils sont 12, entourait le Président qui nous a présenté le rapport moral. Nous avons appris que 252 foyers sont inscrits au sein de cette association, ce qui représente 811 personnes (adultes et enfants). Ce qui veut dire que, malheureusement, de nombreuses familles se trouvent dans une situation précaire et que cette association est plus que jamais nécessaire. Trois familles d'adhérents participent au bon fonctionnement de l'épicerie et aident à décharger le camion et trient les marchandises.

Nous ne pouvons que remercier et féliciter toute cette équipe qui s'engage pour venir en aide aux personnes les plus fragiles. Le président nous expliquait que parmi les demandes de marchandises, les denrées les plus souvent réclamées sont les fruits et légumes et les produits laitiers, produits indispensables pour la santé des plus jeunes, on ne peut que s'en féliciter. Les adhérents présents ont pu témoigner et remercier le président pour le soutien qu'il leur apporte.

Un moment d'émotion partagé, lorsque celui-ci a annoncé qu'il allait quitter la présidence au cours de cette année, personne ne semblait être au courant... Bien sûr, personne n'est irremplaçable, mais ce qui est sûr c'est que la tâche sera rude pour retrouver le ou la remplaçant(e) !

La droite croisienne se décomplexe ?

Après le pamphlet de l'adjoint à l'éducation contre le ministère de l'éducation nationale lors du dernier conseil municipal, c'est au tour du maire de se lâcher. En général, les grands hommes politique savent faire des célébrations officielles des moments consensuels. Ce n'est pas le cas du maire de Croix.

muguet.jpgA l'occasion de la cérémonie de remise de médailles du travail pour le premier mai, le maire a lourdement insisté sur la nécessité (selon lui) de revenir sur le temps de travail de 35 heures hebdomadaires. C'est (toujours selon lui), un impératif pour relancer l'emploi dans notre pays. Il semble oublier que son camp politique n'est jamais revenu sur la durée légale du travail pendant les 10 ans où il était au pouvoir ! Il faudra par ailleurs qu'il nous explique comment les entreprises seront incitées à créer des emplois nouveaux s'il leur suffisait d'augmenter les horaires de travail des salariés.

Les Croisiens attendent autre chose de leurs élus de proximité que ces discours idéologiques stériles.

vendredi 25 avril 2014

Le budget municipal 2014

C'est confirmé : malgré sa prétention à préserver le pouvoir d'achat des Croisiens, la municipalité a pris des décisions qui seront lourdes de conséquences pour le budget familles lors du conseil municipal du 24 avril.

Les impôts locaux : malgré des marges de manœuvres financières retrouvées (du fait de l'augmentation massive des impôts sur la période 2008-2011), la majorité n'a pas trouvé bon d'en profiter pour rendre du pouvoir d'achat aux Croisiens ou ne serait-ce que de faire une pause dans l'augmentation des montants des taxes locales. En effet, en maintenant les taux d'imposition au même niveau, le montant des taxes locales acquittées par chaque foyer va automatiquement grimper de près de 1 % du fait de la réévaluation annuelle des bases d'imposition. Nous avons cependant suggéré à maintes reprises de réduire légèrement les taux de manière à stabiliser le montant des impôts mais notre discours n'a pas été entendu par les responsables de la mairie.

Grands programmes d'investissement : malgré l'annonce d'une revue des projets pour le centre sportif Pompidou (coût actualisé de 1,2 milions d'euros) et le stade Sandras (4,3 millions), la majorité à tout de même voté les crédits sur la base de montants qu'elle juge elle-même excessifs. Quant à la destination même des investissements, le maire compte toujours vendre une partie du centre sportif de Beaumont et ne compte pas rendre aux Croisiens la pleine jouissance de cet espace public. Concernant le stade Sandras, seul le coût du projet semble être remis en cause alors que cet investissement lourd ne serait, dans l'état actuel du projet, destiné qu'à quelques centaines d'adhérents aux clubs de tennis et de pétanque. Ces deux projets seront bien entendus financés par les impôts des années à venir... qui ne sont donc pas près de diminuer ! Pour notre part, nous avons rappelé qu'en tant qu'élus des Croisiens, nous serons entièrement disposés à participer aux commissions ad hoc annoncées la semaine dernière et dont l'objectif sera de revoir ces deux projets. Espérons que nous y serons entendus et que la ville pourra s'équiper d'infrastructures plus modestes mais utiles au plus grand nombre tout en maîtrisant ses dépenses.

Mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires : après une longue diatribe contre la réforme des rythmes scolaires, les décisions du ministère de l'éducation et la personne même du ministre Vincent Peillon, l'adjoint à l'éducation (par ailleurs fonctionnaire de l'éducation nationale, cherchez l'erreur) a présenté son projet pour la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires. Il est contre cette réforme et va s'arranger pour que tous les parents Croisiens soient de son avis. En effet, contrairement à la majorité des communes voisines (Hem, Roubaix, Wasquehal, La Madeleine, Mons en Baroeul...), l'accueil périscolaire à partir de 15h45 sera payant pour tous les enfants ! Même pour les plus modestes, le tarif est tout de même de 10 euros par mois et par enfant (soit 200€ sur l'année pour une famille de 2 enfants soumise au plus bas des tarifs). Ce sera près du double pour les familles soumises au tarif maximal. Outre de meilleures conditions d'apprentissage, cette réforme a pour objectif d'ouvrir au plus grand nombre l'opportunité de pratiquer des activités culturelles, artistiques ou sportives : là, c'est totalement raté. On nous objectera le coût pour la ville d'un tel dispositif, cependant, l'adjoint à l'éducation a lui-même annoncé que le coût réel pour cette première année serait de 12000 euros (en effet, l'état et la CAF couvriront le plus gros des dépenses par leurs subventions). Rappelons tout de même que lors de ce même conseil municipal, une augmentation de la subvention de l'IRIS Club de Football de 50000€ a été adoptée pour accompagner sa montée très probable en division supérieure. L'éducation de notre jeunesse ne semble pas être la priorité du maire et de son équipe, nous ne pouvons que le déplorer.

Les élus du groupe « Croix Autrement »

- page 1 de 2